Contraception masculine

La vasectomie est la méthode de référence en matière de contraception masculine, mais il existe des alternatives : la contraception hormonale et la contraception thermique.

 

Anatomie

 

Les spermatozoïdes sont produits par les testicules et sont ensuite acheminés par les canaux déférents jusqu’aux vésicules séminales qui les stockent. A l’éjaculation, ils vont se mélanger avec les sécrétions d’origine prostatique, des vésicules séminales et pour une infirme partie (moins de 5%) d’origine testiculaire et épididymaire pour former le sperme.

En sectionnant les canaux déférents et après « l’épuisement des stocks », c’est à dire environ 3 mois après la vasectomie, le sperme ne contiendra plus aucun spermatozoïde

Le testicule fabrique 1000 spermatozoïdes par seconde.

Enplus de son rôle dans la fabrication des spermatozoïdes, le testicule est aussi une glande endocrine qui fabrique la testostérone. Le contrôle de la fonction testiculaire se fait par l’hypophyse, véritable centre de commande. Pour diminuer la production de spermatozoïdes par le testicule ou l’arrêter (contraception), il y a aujourd’hui deux moyens :

  1. La contraception hormonale masculine qui, par apport supplémentaire supra-physiologique de testostérone, va agir par intermédiaire de l’hypophyse  
  2. La contraception thermique. Le testicule fonctionne à 34°C. Toute augmentation de la température (testicule ectopique non opéré, varicocèle, grippe…) va altérer la production de spermatozoïdes . En augmentant volontairement cette température, cela devient un mode de contraception masculine .
contraception masculine docteur vincent hupertan specialiste vasectomie paris vasectomie sans bistouri vasectomie prix vasectomie homme vasectomie avis

La contraception hormonale

 

La méthode de contraception hormonale est une méthode validée par l’Organisation Mondiale de la Santé.

 

Le principe de la contraception masculine hormonale

 

L’apport de testostérone exogène à des doses importantes bloque le fonctionnement des testicules et donc la spermatogenèse par l’intermédiaire de l’hypophyse.

 

Modalité pratiques

 

On injecte 200 mg d’énanthate de testostérone (0,8 ml Androtardyl®) en intramusculaire profonde, une fois par semaine. Avant la mise en place de la contraception, une consultation médicale avec un expert de la contraception masculine est obligatoire pour éliminer les contre-indications et réaliser un bilan biologique indispensable.

 

Contre-indications

 

Ces injections sont contre-indiquées dans le cas de patients fumeurs,  souffrant d’apnée du sommeil ou d’antécédents directs du cancer de la prostate. Les anomalies de l’hématocrite (concentration importante des globales rouges) et du cholestérol sont également des contre-indications.

 

Efficacité

 

Trois mois après le début de traitement. Après ce délai, 80% des hommes ont atteint le seuil de contraception car le nombre de spermatozoïdes, vérifié par spermogramme, diminue en-dessous du seuil défini de 1 million de spermatozoïdes par millilitre.

 

Réversibilité

 

Trois à six mois après l’arrêt.

 

Effets secondaires

 

Plutôt bénins (acné, prise de poids, hématocrite), certains effets indésirables nécessitent cependant l’arrêt du traitement: acné sévère, agressivité, hypersexualité ou encore intolérance aux injections.

 

Avantages de la contraception hormonale

 

  • Méthode entièrement réversible. La production des spermatozoïdes reprend progressivement à l’arrêt du traitement, pour une récupération après 6 mois maximum . La durée maximale de 18 mois ne doit pas être dépassée.
  • Traitement auto-administré par le patient ( ou par sa compagne). La testostérone est administrée sous forme d’énanthate de testostérone, solution injectable huileuse dosée à 2,00 mg injectés en intramusculaire profonde une fois . Il n’y a pas d’oubli possible.
  • Faible coût. L’énanthate de testostérone, vendu sous le nom d’Androtardyl, n’ayant pas l’autorisation de mise sur le marché (AMM), il n’est pas remboursé dans cette indication.  Il est donc « à la charge du patient ». Son prix est cependant modique (8,5€ par ampoule donc environ 30€ par mois).
  • Effets secondaires . Ils sont généralement bénins mais nécessitent une surveillance : essentiellement de l’acné, une tendance modérée à prendre du poids et une légère augmentation de l’hématocrite.
  • Lien entre  testostérone et prostate. A ce jour, aucune étude n’a montré que l’utilisation de l’énanthate de testostérone dans la population d’hommes 25-45 ans, aurait un effet négatif en matière d’adénome de la prostate.

 

Inconvénients de la contraception hormonale

 

  • Indisponibilité de l’Androtardyl. L’énanthate de testostérone n’échappe pas au problème récurrent de rupture d’approvisionnement.
  • Un homme sur cinq n’est pas « répondeur » et doit donc envisager une autre méthode de contraception.
  • Tabac et alcool . Tout comme les femmes sous pilule, les hommes utilisant cette contraception doivent arrêter le tabac et diminuer leur consommation d’alcool.
  • Durée totale limitée à 18 mois
  • Disponibilité des prescripteurs : il y a peu de prescripteurs, essentiellement dans le secteur public, car le traitement par Androtardyl n’a pas l’autorisation de mise sur le marché dans cette indication ! Le prescripteur n’est donc pas couvert par l’assurance habituelle. De plus, la prescription initiale de l’Androtardyl doit être faite par un urologue, andrologue ou endocrinologue.

 

Où s’adresser? http://www.contraceptionmasculine.fr/contacts/, ou le Docteur Jean-Claude SOUFIR (Secrétariat : 01 58 41 38 65 ou 66), Planning Familial 75 – 10 rue Vivienne – 75001 Paris Permanence contraception masculine le premier samedi de chaque mois.

logo couleur hupertan chirurgien urologue paris 8 vasectomie urologie

La contraception thermique

 

Le principe de la contraception masculine thermique

 

La température testiculaire quand il est localisé dans le sac scrotal est inférieure à celle du corps=34°. Il suffit d’augmenter sa température pour réduire la production de spermatozoïdes, mais de manière réversible et sans altérer la virilité.

 

Modalités pratiques

 

Grâce au port d’un sous-vêtement contraceptif (slip chauffant), les testicules sont remontés et maintenus au niveau inguinal (36°) pour une durée minimale, tous les jours.

En pratique, les études montrent qu’il est nécessaire de porter un sous-vêtement contraceptif au minimum 15 heures/jour.

 

Efficacité

 

Après, on vérifiera par des spermogrammes à 2 mois et demi, puis à 3 mois et demi, que la quantité de spermatozoïdes est en deçà d’un seuil, appelé seuil contraceptif ( inférieure à 1 million par ml de sperme). Une fois ce seuil atteint , on considère que la contraception est acquise mais  doit être vérifiée tous les trimestres.

Le port du sous-vêtement doit être QUOTIDIEN (vacances, week-end, déplacements…) cette technique peut être utilisée pendant une durée de 4 ans en continu.

 

Contre-indications

 

Les testicules ectopiques (opérés ou pas), antécédents de torsion de testicules, chirurgie pour hernie inguinale, pathologies cutanées scrotales (mycose, eczéma), torsion du cordon spermatique, varicocèle, obésité.

 

Réversibilité

 

En cas de souhait d’enfant, il faut prévoir un arrêt de la contraception thermique 6  mois avant un essai de grossesse : la chaleur induit des anomalies d’ADN et on applique le principe de précaution sur un risque de malformation.

 

Autres effets

 

Il n’y a aucun effet en matière de taux de testostérone, libido ou érection. Par contre, le port du slip diminue le volume testiculaire de 20% à 1 an avec une récupération des volumes en 6 à 12 mois.

 

Où s’adresser?

 

Dr Roger MIEUSSET, mieusset.r@chu-toulouse.fr, CHU de Toulouse http://www.chu-toulouse.fr/medecine-de-la-reproduction,

 

La vasectomie

 

La vasectomie est la technique de contraception masculine la plus répandue au monde. On estime à plus de 60 000 000 (probablement près de 100 millions) le nombre d’hommes ayant eu recours à la vasectomie dans un but contraceptif.

 

Le principe de la vasectomie

 

La section des canaux déférents empêche que les spermatozoïdes, produits par les testicules, arrivent dans l’éjaculât.

 

Modalités pratiques

 

Pour la section des canaux déférents, il y a deux voies d’abord possibles : la vasectomie classique réalisée par voie ouverte avec une ou deux incisions cutanées ou la vasectomie sans bistouri, ( « no scalpel vasectomy »). Quant aux modalités de sectionnement des canaux déférents, et pour empêcher leur « réparation » spontanée, il faut utiliser trois voire quatre moyens complémentaires : section d’un fragment, interposition des fascia, ligature ou clip, électrocoagulation de la muqueuse.

 

Contre-indications

 

La vasectomie doit être considérée comme étant une contraception définitive. Tant qu’il y a un souhait, même hypothétique de vouloir des enfants, la vasectomie est une contre-indication.

 

Efficacité

 

L’efficacité n’est pas immédiate. Pour vérifier son efficacité, il faut faire un spermogramme, trois mois après l’intervention pour vérifier l’absence complète des spermatozoïdes (azoospermie) y compris sur le culot de centrifugation. Les statistiques montrent que la vasectomie est la technique de contraception la plus efficace, à plus de 99,8%.

 

Réversibilité

 

En cas de nécessité (regrets, changement de situation familiale), on peut tenter la chirurgie de réparation (vaso-vasostomie ou vasectomie reverso). Le taux de réussite de vasectomie reverso dépend de l’ancienneté de la vasectomie, de l’âge des deux partenaires, et de l’expérience du chirurgien. Les meilleurs chiffres, donnés par les centres les plus expérimentés, montrent une efficacité de la réparation de près de 80% et un taux de grossesses de 50%. Quand l’ancienneté de la vasectomie dépasse 10 ans, l’âge de l’homme 50 ans, les résultats s’effondrent.

Il est toujours conseillé de réaliser une conservation de sperme au CECOS.

 

Effets secondaires

 

Si l’absence d’impact de la vasectomie sur le taux de testostérone, la libido, l’érection et les sensations lors de l’orgasme ne sont plus à démontrer, la littérature abonde de liens possibles entre la vasectomie et les maladies de la prostate , notamment le cancer de la prostate.

 

Où s’adresser

 

Pour trouver des urologues ou des services d’urologie pratiquant la vasectomie,  il faut se renseigner auprès de l’Association Française d’Urologie (urofrance.org).

urologue paris specialiste vasectomie paris docteur vincent hupertan
Docteur Vincent Hupertanurologue, sexologue à Paris